Pascal Bidégorry
   
Pascal Bidegorry

Né le 15 janvier 1968
Originaire du Pays Basque
Vit à Bayonne (Pyrénées Atlantiques)
1 enfant

prend le départ de la Volvo Ocean Race 2017-2018 sur Dongfeng

Mise à jour : 30 septembre 2017
 

Banque Populaire IV et V (nouveau maxi)

son équipage

  © Yvan Zedda

Banque Populaire IV

son équipage

  © Benoit Stichelbaut
 

Palmarès :

2015 :
-
vainqueur de la transat Jacques Vabre dans la catégorie Ultime

2014-2015 :
Volvo Ocean Race à bord de Dongfeng

2013 :
-
2ème de la transat Jacques Vabre avec Marc Guillemot

2012 :
-
vainqueur de la transat Krys Ocean Race sur MOD70 avec Yann Guichard
- 1er du Spi Ouest France sur Safran
- Vainqueur Multi one Championship (Mod 70)
- 2ème Tour de l'Europe (Mod 70)

2010 :
- Record de la traversée de la Méditerranée en 14 heures, 20 minutes, 34 secondes (il bat le précédent record de Franck Cammas)

2009 :
- 11e du Grand Prix Corum en Décision 35
- Record de distance parcourue en 24h avec 907 milles
- Record de la traversée de l'Atlantique Nord en 3 jours 15 heures 25 minutes et 48 secondes
- Champion du monde des courses océaniques en équipage 2009

2008 :
- Juillet 2008 : "sparring partner" d'Alinghi
- 2e du Record SNSM sur le Trimaran Banque Populaire IV
- 4e du Spi Ouest France en Open 7.50

2007 :
- 3e de la Transat Jacques Vabre avec Yvan Ravussin
- Détenteur du record de vitesse sur 24h avec Yvan Ravussin (homologué par le WSSRC): 667 milles à la vitesse moyenne de 27.8 nds pour la catégorie "bateau jusque 60 pieds" (Transat Jacques Vabre)
- Vainqueur de la Semaine du Record SNSM
- 2e de la Calais Round Britain Race sur Delta Dore
- 2e du Trophée des Multicoques As Lease Challenge (Lorient)

2006 :
Record de la traversée de l'Atlantique, chef de quart/barreur à bord d'Orange II
2e de Londres / Alpes Maritimes en équipage, trimarant Banque Populaire
2nd de la Route du Rhum
Record de distance parcourue en 24 h soit 766 milles, sur Orange II

2005 :
1er Championnat ORMA Ib Group Challenge
Vainqueur de la Transat Jacques Vabre avec Lionel Lemonchois
Vainqueur du Championnat du monde des multicoques 60’ Orma

2004 :
Navigateur de Banque Populaire-3
2ème de la Transat Ag2r

2003 :
6ème de la Transat Jacques Vabre
4ème de la Solitaire Afflelou Le Figaro,
4ème du Tour de Bretagne,

2002 :
Volvo Ocean Race : barreur de Team SEB entre Auckland et Rio de Janeiro,
Troisième du Tour de France à la Voile,

2001 :
Troisième du Tour de France à la Voile,
Vainqueur du National Mumm 30,

2000 :
Troisième de la Transat AG2R,
Vainqueur de la Solitaire du Figaro,
Vice-Champion de France des Solitaires,

1999 :
Vice-Champion de France des Solitaires,
Quatrième de la Solitaire du Figaro,

1998 :
Champion du Monde sur 8 mètres J,
7ème de la Solitaire du Figaro.

 

Portrait :

Touché sur le tard par le virus de la voile, le Basque Pascal Bidégorry n’en figure pas moins parmi les navigateurs les plus brillants de sa génération. Vainqueur de la Solitaire 2000, il a prouvé à tous que rien ne sert de courir, il suffit de régater à point pour rejoindre le petit cercle restreint des skippers de trimaran. Quand la passion est là, le talent et l’obstination font le reste. Originaire de Bayonne, Pascal vit au bord de l’océan, mais Pascal n’est pas né avec une écoute dans les dents. Quand ses concurrents d’aujourd’hui usent leurs fonds de ciré sur les bancs des Optimist ou du voilier familial, Pascal dévale les pistes de ski pyrénéennes. Il a une passion et s’y consacre à fond, alors que l’école et les études ont bien du mal à donner un sens à sa vie. Mais un jour, à 16 ans et demi, il embarque sur le First Class 8 d’un copain. C’est la première fois qu’il met les pieds sur le pont d’un bateau. Les petites virées au large de Bayonne se multiplient, et Pascal ne rate plus aucune régate locale et régionale.

© Y. Zedda \ IBGroup-Challenge

Avec un Half Tonner, le bateau sur lequel se dispute la Course du Figaro, le Basque fait ses gammes entre trois bouées. Pascal, bac et diplôme d’agencement intérieur en poche, a décroché un bon job mais n’a toujours pas de place pour les heures perdues. La Solitaire du Figaro, il caresse l’espoir d’y participer. En 1993, il plaque son job et renvoie aux orties la sécurité. Pascal fait son entrée dans l’arène des solitaires deux ans plus tard, après une première participation à la transat Ag2R couronnée d’une jolie prestation : 6ème et fier de l’être dans le sillage des vainqueurs, Roland Jourdain et Jean le Cam !
Chez les Figaristes, on se méfie un peu de Pascal, pressé de décrocher des résultats qui en disent long sur sa motivation. Il est choisi pour représenter Generali Assurances qui tisse des liens étroits avec le circuit des batailles à armes égales. Les résultats tombent avec du très bon et du très mauvais. La constance manque, même si Pascal n’en a pas moins pris la fâcheuse manie de s’installer aux avant-postes et de mijoter des coups d’éclat. Il remporte La Solitaire en 2000, et la réussite colle au Basque.

Consacré chez les solitaires, Pascal s’efforce après ces années de Figaro, de se diversifier et de découvrir d’autres façons de naviguer. Il souhaite voguer sous d’autres cieux, sur le circuit des trimarans notamment, où il a rejoint d’abord l’équipe de Franck Cammas, puis Bertrand de Broc pour la Transat Jacques Vabre. En 2001, il est navigateur à bord de Groupama, vainqueur du Championnat ORMA et navigue sur le Mumm-30 Région Ile de France pour le Tour de France à la voile. L'année 2002 voit Pascal s'enrichir d'une nouvelle expérience à travers la Volvo Ocean Race où il est barreur du team SEB entre Auckland et Rio de Janeiro. En 2003 il revient sur la Solitaire Afflelou Le Figaro, théâtre de sa belle victoire en 2000. Malgré une grande régularité et la démonstration d'un sens tactique exceptionnel durant les quatre étapes, Pascal termine à la 4e place. En septembre, il termine troisième du Trophée BPE Saint Nazaire-Dakar, en remportant la dernière étape (Madère-Dakar). Puis à son retour, il n'a pas le temps de poser ses valises, il rejoint Lalou Roucayrol et le trimaran Banque Populaire pour la Transat Jacques Vabre : ils se positionnent sixièmes et remportent le Trophée Baume et Mercier (plus grande vitesse parcourue en 24 heures). Après le départ de Lalou Roucayrol, en septembre 2004, il prend la responsabilité du trimaran pour la fin de la saison. L’ex Bayer CropScience est racheté par la Banque Populaire et totalement revisité pour le mettre au niveau de son sister-ship, Sergio Tacchini : il gagne en début de saison 2005 la course entre Lorient et Nice, l’IB Group Challenge.

 
  Pascal Bidégorry
 

© Y. Zedda

Equipage

4 octobre 2008

Nantes baptême de Banque Populaire V, le team présenté par Pascal Bidegorry

  © Y. Zedda
2005

Equipage IB Group Challenge

Pascal Bidégorry (skipper)
Yvan Ravussin (barreur)
Jérémie Beyou (tacticien-navigateur)
Florent Chastel (régleur)
Lionel Lemonchois (régleur)
Ronan Lucas (n°1)

 
  © Y. Zedda \ IBGroup-Challenge
 
  © Y. Zedda \ IBGroup-Challenge
Le 20 novembre 2005 à l'arrivée de la Transat Jacque Vabre dans le port de Bahia
   
skipper de Banque Populaire IV dans le championnat Multi 60 en 2006
Le record de l'Atlantique : New-York - Cap Lizard

2 août 2009
L’Atlantique Nord en 3 jours 15 heures 25 minutes et 48 secondes*
Ils l’ont rêvé, ils l’ont fait en franchissant la ligne d’arrivée du Cap Lizard à 16h 13mn 30s heure française (14h 13mn 30s TU) ! Moins d’un an après la mise à l’eau du Maxi Banque Populaire V, Pascal Bidégorry et ses hommes viennent d’entrer dans l’histoire en signant de manière magistrale un nouveau temps de référence sur la traversée de l’Atlantique Nord. Affolant tous les compteurs, le plus grand trimaran océanique au monde vient d’avaler les 2 921 milles du parcours entre New-York et le Cap Lizard, en 3 jours 15 heures 25 minutes et 48 secondes, à la vitesse moyenne de 32,94 nœuds. En améliorant le chrono de 12 heures 32 minutes et 06 secondes par rapport à celui établi par Franck Cammas en 2007, les douze marins du Maxi Trimaran armé par la Banque Populaire accrochent ainsi à leur tableau de chasse un premier titre et viennent de placer la barre au plus haut de leurs espoirs. Cette victoire sur le temps et les éléments vient aujourd’hui récompenser le travail exemplaire de l’ensemble d’un équipage mais également de tout un Team entièrement investi dans ce défi depuis de longs mois. La victoire est très belle et l’émotion immense de Pascal Bidégorry la replace en ce dimanche 2 juillet dans ce qu’elle a de plus fort, celle de la cohésion parfaite d’un groupe et du soutien indéfectible d’un armateur engagé dans la course au large depuis plus de vingt ans. Bravo Messieurs les marins et Merci !
Un mois et demi après le début de leur stand-by et alors que l’attente touchait presque à sa fin, c’est en milieu de semaine dernière que la météo a souri aux chasseurs de record en se manifestant sous la forme d’une fenêtre laissant envisager la possibilité d’améliorer le temps de référence enregistré en juillet 2007 à 4 jours 3 heures 57 minutes et 54 secondes. Dans la nuit de mercredi à jeudi, à 00 heures 47 minutes et 42 secondes (Heure française), Pascal Bidégorry et ses hommes s’élançaient à la poursuite du temps et saluaient, plein d’espoirs et de concentration, le phare d’Ambrose au large de New-York, point de départ d’une épopée dont ils ne savaient pas encore qu’elle serait historique. Dans la même aspiration, Franck Cammas quittait New-York un peu moins de trois heures plus tôt à 22 heures 12 minutes et 16 secondes (Heure française) à l’assaut de son propre record. Un match à trois, s’engageait alors pour le Maxi Banque Populaire V. Dans des conditions de navigations dénuées de tout confort, mêlant tout à la fois une mer formée et un brouillard épais aux abords des bancs de Terre Neuve, le skipper Basque et ses équipiers entraient rapidement dans le vif du sujet et se positionnaient d’entrée de jeu dans les temps du record avec des vitesses moyennes flirtant avec les 36 nœuds. Très vite, les milles défilaient et la perspective d’un nouveau record apparaissant sans même qu’on n’ose l’imaginer. A bord, les douze marins jetaient toutes leurs armes dans une incroyable bagarre contre le temps. Le Maxi Banque Populaire V révélait alors un potentiel exceptionnel.
Sur un seul et même bord entre le Nouveau Monde et le Vieux Continent, rien n’est donc venu contrarier une progression fulgurante et un enchaînement idéal des systèmes météo sur l’Atlantique, pas même un vent mollissant sur la fin. Samedi, un premier chrono tombait dans l’escarcelle du Team Banque Populaire qui établissait un nouveau record de vitesse en équipage sur 24 heures après avoir parcouru la distance impressionnante de 908 milles à une vitesse moyenne de 37,8 nœuds. Aujourd’hui, Pascal Bidégorry et ses équipiers entrent dans la légende des grands faits maritimes en inscrivant leurs noms au palmarès des marins les plus rapides de la planète. 3 jours 15 heures 25 minutes et 48 secondes après le départ de New-York, les voici de retour en Europe, améliorant le précédent record de 12 heures 32 minutes et 06 secondes ; un exploit encore inimaginable il y a peu ainsi que le confiait Pascal Bidégorry il y a quelques minutes à peine après avoir coupé la ligne d’arrivée entre le Cap Lizard et l’île de Ouessant :
« Je ne réalise pas bien encore ce que nous venons d’accomplir. J’avais déjà du mal à imaginer que nous puissions aller aussi vite sur 24 heures mais ce nouveau record me laisse partagé entre une immense émotion et une grande surprise. Cette victoire sur le temps vient récompenser trois années d’un travail considérable fourni par tout le Team, les préparateurs, le bureau d’étude, les architectes et l’ensemble des équipes de la Banque Populaire. Je suis vraiment extrêmement heureux de leur offrir aujourd’hui ces deux cadeaux : le record de vitesse en équipage sur 24 heures et le nouveau temps de référence sur l’Atlantique Nord. Nous attendions cette première tentative avec impatience et elle était essentielle pour nous à quelques mois du Trophée Jules Verne.
Je ne pensais pas qu’on pourrait traverser aussi vite. Nous ne nous sommes pas posé la question de savoir si nous pourrions aller chercher le temps de 2007. Nous sommes restés concentrés sur la météo, la stratégie et la marche du bateau avec l’obsession d’en tirer la quintessence. Le Maxi Banque Populaire V est un bateau hors normes et nous sommes tous extrêmement fiers de pouvoir naviguer sur ce bateau exceptionnel ».

Un an après sa mise à l’eau, le premier record du Maxi Banque Populaire V vient saluer la grande qualité du travail fourni par les équipes, les hommes et les femmes qui ont contribué à faire naître et grandir ce projet. C’est à la Banque Populaire, à son conseil d’administration et à Monsieur Philippe Dupont que sont ainsi allés les premiers remerciements de Pascal Bidégorry au moment du passage de la ligne d’arrivée. Le cabinet d’architecture VPLP, à l’origine des lignes sportives et performantes du Maxi Banque Populaire V et l’équipe de CDK Technologies sous la houlette de Hubert Desjoyeaux sont également directement associés à cette belle réussite.

Enfin, Pascal Bidégorry et l’ensemble du Team Banque Populaire tiennent à féliciter chaleureusement Franck Cammas et les hommes de Groupama 3 pour leur très belle traversée et pour leur sportivité à l’occasion de ce duel atlantique.

En début de soirée, le Maxi Banque Populaire V fera son entrée en rade de Brest pour venir, quelques minutes plus tard s’amarrer quai Jean-François la Pérouse dans la Marina du château. Fidèle à sa tradition d’accueil et à son histoire maritime, la cité du Ponant à d’ores et déjà tout mis en œuvre pour offrir aux douze marins du bord un accueil à la hauteur de leur exploit !

*Sous réserve de validation par le WSSRC (World Sailing Speed Record Council)

1er août 2009
Le Maxi Banque Populaire V le plus rapide de tous les temps sur 24 heures(*)
Historique, époustouflant, exceptionnel… Jamais les qualificatifs n’auront été aussi nombreux pour évoquer ce que les douze hommes du Maxi Banque Populaire V ont accompli ces dernières 24 heures. Avec des conditions de navigations dénuées de tout confort, Pascal Bidégorry et ses équipiers viennent d’inscrire leurs noms au livre des records en avalant 907 milles en une journée à la vitesse moyenne de 37,79 milles, établissant ainsi un nouveau chrono de référence sur la plus grande distance parcourue en 24 heures en équipage*… Des chiffres qui donnent le vertige et des marins que l’on sent heureux mais concentrés à l’extrême. L’ensemble du Team Banque Populaire est sur le point d’écrire une première page héroïque dans le grand livre de la chasse aux temps de référence…
La voix laisse transparaître une réelle fatigue mais également la satisfaction d’un travail bien fait. Entre émotion et concentration, Pascal Bidégorry revenait ce midi sur l’incroyable enchaînement d’évènements que son équipage et lui-même venaient de vivre : « On est dans le feu de l’action ! Ce record est extraordinaire. Je n’aurai jamais pensé qu’on pouvait passer les 900 milles. On prend ça avec beaucoup de plaisir, mais ce n’est pas encore fini. On réalisera plus tard. Il y a encore du boulot. Mais une chose est sûre, c’est que ce bateau est une réussite à tout point de vue. Je ne pensais pas qu’avec un multicoque transocéanique on pourrait aller à cette vitesse là. Je regarde forcément régulièrement le speedo et certaines vitesses m’ont donné une petite boule au ventre la nuit dernière. Il y a un dialogue permanent avec les barreurs pour arriver à une navigation la plus performante possible ».

Si la satisfaction de l’équipage est bien évidemment palpable au travers des mots de son skipper, l’heure n’est pas non plus au triomphe par anticipation. Certes, les dernières 24 heures ont largement donné de quoi laisser envisager une issue heureuse à ce premier record de la campagne océanique du Maxi Banque Populaire V. Mais ce n’est qu’une fois le passage symbolique entre le Cap Lizard et l’île de Ouessant confirmé que ces douze marins d’exception pourront laisser éclater leur joie d’avoir accompli l’un des plus beaux exploits autant sur le plan humain que sportif.
A 862,3 milles de l’arrivée et 274,4 milles d’avance sur le tableau de marche du temps de référence à la mi journée, l’objectif reste de tenir le rythme payant engagé dès les premiers milles.

(*)Sous réserve de validation par le WSSRC (World Sailing Speed Record Council)

30juillet 2009
le Maxi Trimaran Banque Populaire V est parti
Le 30 juillet 2009
Code vert
Un mois après son arrivée dans les eaux américaines et le début officiel du stand-by, une fenêtre s’ouvre enfin sur l’Atlantique Nord pour le Maxi Banque Populaire V. Dans les starting-blocks depuis plusieurs jours, Pascal Bidégorry et ses hommes vont donc pouvoir s’élancer dans la nuit de mercredi à jeudi (heure française) à l’assaut d’un record initié par Charlie Barr à bord de la goélette Atlantic en 1905.
Entre le phare d’Ambrose au large de New-York et la ligne d’arrivée entre Ouessant et le Cap Lizard, le temps de référence à battre est de 4 jours 3 heures 57 minutes et 54 secondes.
Le créneau météorologique qui se présente aujourd’hui devant les étraves du plus grand trimaran océanique au monde semble prometteur et correspond aux attentes du skipper basque et de son météorologue Marcel Van Triest. Mais sur un parcours entre le Nouveau Monde et le Vieux Continent réputé pour ses nombreux pièges, le défi lancé au temps s’annonce passionnant et le suspense haletant : « Cela fait maintenant un moment qu’on attend et qu’on se prépare, et tout l’équipage voit donc arriver cette échéance du départ avec beaucoup de plaisir. Nous allons quitter New-York avec du Sud Ouest et pour l’instant les routages nous annoncent une traversée sur un seul bord, au portant. Nous allons bénéficier d’une vingtaine de nœuds pour le départ, avec un flux qui devrait se renforcer par la suite. La navigation va ressembler à un beau jeu de positionnement par rapport à l’état de la mer. Notre avantage est que nous n’avons pas besoin de 40 nœuds pour aller vite. La seule incertitude du moment concerne une baisse du vent sur la fin du parcours. Mais globalement cette fenêtre est très intéressante et nous permet aujourd’hui d’envisager une traversée dans les temps du record… ».

Avec cette fenêtre qui s’ouvre sur l’Atlantique, Pascal Bidégorry et ses onze équipiers s’apprêtent à écrire la première page de leur livre des records océaniques, moins d’un an après la mise à l’eau du Maxi Banque Populaire V. Demain dans l’après-midi, les douze hommes quitteront les pontons de la Marina de Brooklyn pour rallier la zone de départ au niveau du phare d’Ambrose. Le Maxi Trimaran aux couleurs de la Banque de la Voile coupera la ligne à l’assaut du chrono dans la nuit de mercredi à jeudi. Avis aux courtisans du temps… la chasse est officiellement ouverte !
Liste de l’équipage du Maxi Banque Populaire V pour le record de l’Atlantique Nord :
Pascal Bidégorry - skipper, chef de quart
Ronan Lucas - numéro un
Kévin Escoffier - barreur/régleur
Yvan Ravussin - chef de quart
Ewen Le Clech - numéro un
Sébastien Audigane - chef de quart
Florent Chastel - numéro un
Jean-Baptiste Le Vaillant - barreur/régleur
Emmanuel Le Borgne - barreur/régleur
Marcel Van Triest - navigateur embarqué
Pierre-Yves Moreau - régleur/numéro un
Xavier Revil - barreur/régleur

14 juillet 2009
Retour en code rouge pour le Maxi Trimaran Banque Populaire V
Le Maxi Trimaran Banque Populaire V a débuté début juillet un stand-by, à New-York, dans l’attente de la meilleure fenêtre météorologique qui soit, pour tenter de battre le record de l’Atlantique Nord (New-York/Cap Lizard).
Hier, le multicoque et son équipage sont passés en orange car une fenêtre météo favorable pouvait laisser présager d'un départ potentiel dans les 48h. Ce matin, après réception et étude des derniers fichiers météos, il apparaît que cette fenêtre qui était propice à un départ de New-York dans la nuit de mercredi à jeudi s’est largement dégradée, obligeant Pascal Bidégorry à prendre la décision d’un retour en code rouge.

2 juillet 2009
Au cœur de la magie New-Yorkaise
Cela fait maintenant six jours que le maxi trimaran Banque Populaire V est amarré à la Gateway Marina de Brooklyn aux États-Unis, à la suite d’un convoyage de neuf jours entre Lorient et New-York. En attendant une fenêtre météo propice pour s'élancer à l'assaut du record de l'Atlantique Nord, l’équipage vit des journées intenses, car, entre shooting photos, interviews et navigations en baie de Manhattan, le programme de nos marins est très rythmé.
Avec un excellent accueil de la population américaine, stupéfaite qu’une telle machine de course accoste sur leur terre, l’acclimatation à New-York a été très rapide pour Pascal Bidégorry et son équipage. A peine arrivés en terre américaine les hommes du maxi trimaran Banque Populaire V arpentaient les rues de la Grosse Pomme. Très rapidement, le team s’est approprié quelques uns des lieux les plus mythiques de Manhattan, à l’instar de Times Square où, le temps d’un shooting, les marins ont posé en ciré en plein milieu de l’avenue ! Mais l’un des instants les plus magiques restera certainement la navigation en baie de New-York, aux pieds des grands buildings de Manhattan mais aussi de la fameuse Statue de la Liberté.
En ce qui concerne la météo, la fenêtre idéale pour prendre le record de l’Atlantique Nord serait, comme nous l’explique Pascal Bidégorry : « de partir en avant d’un front et d’aller avec ce phénomène jusqu’au Cap Lizard, en limitant les changements de bords. Dans ces conditions de navigation très particulières, nous avons pour objectif de traverser l’Atlantique à 30 nœuds de moyenne. Mais nous savons que c’est un record qui va se jouer à quelques heures, voire quelques minutes… »

Pour le moment, le code rouge est de rigueur et en attendant le départ, nous vous proposons de revivre, en images l’escapade new-yorkais du Team Banque Populaire.

26 juin 2009
A l’approche de New-York…
Après huit jours de navigation, le skipper de Banque Populaire fait le point sur le parcours effectué : « Nous avons eu des conditions soutenues de vent sur notre début de traversée, nous étions au portant et le début de parcours a été rapide puisque nous avons rejoint les Açores en deux jours. Ensuite nous nous sommes retrouvés dans une zone sans vent et avons choisi de n’utiliser que très peu le moteur et de continuer à naviguer dans le petit temps. »
Mais en plein océan Atlantique, pour le maxi trimaran Banque Populaire V et son équipage, les jours se suivent mais ce qui est certain c’est qu’ils ne se ressemblent pas : « depuis 24 heures, nous avons des conditions très fortes avec une mer très hachée, nous n’avions jamais eu cela auparavant, mais le bateau réagit bien et cela nous permet d’affiner les derniers réglages avant le record. En ce qui concerne la vie à bord, tout se passe à merveille, il y a une superbe cohésion et pour notre première transat sur le maxi trimaran cela fait vraiment plaisir. » Concluait Pascal, en pleine forme et surtout ravi de retrouver « un rythme de marin ».
Le maxi trimaran Banque Populaire V atteindra New-York demain matin et s’amarrera ensuite dans la Marina de Brooklyn. Pascal Bidégorry et son équipage débuteront alors le stand-by dans l’attente de la meilleure fenêtre météo qui soit pour tenter d’établir un nouveau temps de référence sur le record de l’Atlantique Nord.

lundi 22 juin 2009
Le maxi trimaran Banque Populaire V aux Açores
Depuis jeudi, Pascal Bidégorry et ses équipiers ont pris le large à bord du maxi trimaran Banque Populaire V pour rejoindre New-York, port du prochain stand-by du record de l’Atlantique Nord. Après un peu plus de 3 jours de mer, le maxi trimaran se trouvait au Nord-Ouest des Açores, hier soir, dimanche.
Depuis leur départ de Lorient, deux jours seulement ont suffit à Pascal Bidégorry et ses hommes pour rejoindre les Açores avec de l’air, du portant et de bonnes vitesses au compteur.
Dimanche matin, le vent a tiré sa révérence et depuis c’est dans une ambiance plutôt calme que navigue le maxi trimaran Banque Populaire V « nous avons mis deux jours à faire Lorient/Les Açores et là nous allons mettre deux jours pour faire les Açores/Les Açores ! », plaisantait Pascal Bidégorry joint tout à l’heure à bord du bateau. « Il y a une grosse dorsale sur toute l’Atlantique qui empêche l’air de rentrer. Cela fait bizarre d’avancer à 3 nœuds, nous n’avons pas l’habitude de ce type de vitesse à bord du maxi trimaran Banque Populaire V ! Ces conditions devraient durer encore une vingtaine d’heures. Lorsque nous serons sortis de ce système nous referons un point sur la météo mais normalement nous rencontrerons ensuite de l’air au portant et du près pour finir sur la dernière partie du parcours. Même si nous avons hâte de retrouver un peu de vitesse, tout se passe très bien à bord, l’ambiance est super et nous sommes tous très heureux d’être là ». C’est une belle aventure qui va continuer pour Pascal Bidégorry et ses hommes qui traversent l’Atlantique à bord du maxi trimaran Banque Populaire V. Notons d’ailleurs que quatre membres de l’équipage effectuent leur toute première Transat, un moment inoubliable dans la vie d’un marin.

jeudi 18 juin 2009
En route vers la Statue de la liberté !
A 17h20, le maxi trimaran Banque Populaire V a largué les amarres, quittant Lorient pour rejoindre New-York et se tenir prêt pour tenter le record de l’Atlantique Nord.
C’est avec un plaisir manifeste de s’élancer au large que les hommes du maxi trimaran Banque Populaire V ont quitté la Base des sous-marins de Kéroman il y a maintenant un peu plus d’une heure. Pascal Bidégorry et son équipage voguent maintenant vers les États-Unis qu’ils devraient atteindre d’ici une semaine. Les conditions météo devraient être optimales tout au long de leur traversée, ce convoyage servira donc de dernier entraînement avant le début de leur stand-by officiel.

lundi 1er juin 2009
Départ pour New-York
Tentative de record de la Traversée de l'Atlantique Nord, pour suivre en direct

Parcours : C’est le phare d’Ambrose à la sortie de la baie de New-York qui servira de point de départ de la tentative. En Europe, c’est fort logiquement le promontoire du Cap Lizard au sud-ouest de la Cornouaille anglaise qui pointera l’arrivée.

Historique du record en équipage :
1905 : Charlie Barr sur Atlantic - Goélette - 12j 4h 1min 19s
1980 : Éric Tabarly sur Paul Ricard - Trimaran - 10j 5h 14min 20s
1981 : Marc Pajot sur Elf Aquitaine 1 - Catamaran - 9j 10h 6min 34s
1984 : Patrick Morvan sur Jet Services 2 - Catamaran - 8j 16h 36min
1985 : Loïc Caradec sur Royale 2 - Catamaran - 7j 21h 5min 42s
1987 : Philippe Poupon sur Fleury Michon VIII - Trimaran - 7j 12h 49min 34s
1988 : Serge Madec sur Jet Services 5 - Catamaran - 7j 6h 32min
1990 : Serge Madec sur Jet Services 5 - Catamaran - 6j 13h 3min 32s
2001 : Steve Fossett sur PlayStation - Catamaran - 4j 17h 28min 6s
2006 : Bruno Peyron sur Orange II - Catamaran - 4j 8h 23min 54s
2007 : Franck Cammas sur Groupama 3 - Trimaran - 4j 3h 57min 54s

La Route de la Découverte : Cadix - San Salvador abandonné faute de météo

vendredi 24 avril 2009
Abandon du projet
La météo n'est pas propice cette année, retour à Lorient

vendredi 6 mars 2009
Toujours en stand-by
Pas de changement pour l'instant, en attente d'une météo favorable

vendredi 20 février 2009
en stand-by à Cadix
Pascal Bidegorry
sur Banque Populaire est en stand-by à Cadix pour sa tentative de prendre le record, en équipage, de Groupama 3

vendredi 23 janvier 2009
Fin janvier 2009, Pascal Bidégorry et son team seront donc en stand by* pour partir sur les traces du plus grand découvreur de tous les temps. Au départ de Cadix en Espagne à destination de San Salvador, via l’archipel des Canaries, les hommes du Maxi Banque Populaire V auront alors une course de 3 884 milles contre le temps devant leurs étraves. Ils partiront à la conquête du record établi en 2007 par Franck Cammas et son équipage et chercheront à faire tomber les 7 jours 10 heures 58 minutes 53 secondes qui constituent actuellement le temps de référence sur le parcours en équipage. Pour devenir les nouveaux détenteurs du record de la Route de la Découverte en équipage, il faudra à Pascal et ses compagnons de route déjouer de nombreux pièges et bien choisir leur fenêtre de départ.

Photos
 

Équipage 2009

de la Route de la Découverte

 

  De gauche à droite, en seconde ligne : Charles Caudrelier, Emmanuel Leborgne, Sébastien Audigane, Yvan Ravussin, Jérémie Beyou, Jean-Baptiste Le Vaillant.
De gauche à droite, en première ligne : Ronan Lucas, Pascal Bidégorry, Ewen Le Clech, Antoine Gautier, Kévin Escoffier et Florent Chastel.

Absents de la photo : Philippe Touet et Marcel Van Triest

Équipage 2009 prévu

pour le record de l'Atlantique

photo ci-dessous

Ronan Lucas - numéro un
Kévin Escoffier - barreur/régleur
Yvan Ravussin - chef de quart
Ewen Le Clech - numéro un
Sébastien Audigane - chef de quart
Florent Chastel - numéro un
Jean-Baptiste Le Vaillant - barreur/régleur
Emmanuel Leborgne - barreur/régleur
Marcel Van Triest - navigateur embarqué
Yann Eliès - barreur/régleur
Pierre-Yves Moreau - régleur/numéro un

26 juin 2009 arrivée à New-York
  © B. Stichelbaut

Le 27 juin 2009

arrivée New-York

  © B. Stichelbaut

2 juillet 2009

équipage

  © B. Stichelbaut

2 août 2009

au Cap Lizard avec le record en poche

  © B. Stichelbaut
Record de la traversée de la Méditerranée 2010
samedi 15 mai 2010

Le Record de La Méditerranée : 455 milles nautiques entre Marseille et Carthage en Tunisie. Caractérisé par ses systèmes météo complexes, ce parcours, entre la cité phocéenne et Carthage au Nord de La Tunisie peut s’avérer difficile, et semé d’embûches.

Longtemps détenu par Bruno Peyron sur Orange II en 17h53mn33s, un nouveau temps de référence a été établi, le 16 mai 2009 par Franck Cammas sur Groupama 3 en 17h 08mn et 23s.

Depuis le samedi 15 mai 2010, Pascal Bidégorry et ses onze hommes d'équipage sur le Maxi Trimaran Banque Populaire V sont les nouveaux détenteurs de ce record avec un nouveau temps de référence : 14 heures, 20 minutes, 34 secondes !

Pascal Bidégorry - skipper
Thierry Chabagny - barreur/régleur
Florent Chastel - numéro un
Kévin Escoffier - barreur/régleur
Emmanuel Leborgne - barreur/régleur
Ewen Le Clech - numéro un
Jean-Baptiste Le Vaillant - barreur/régleur
Ronan Lucas - numéro un
Pierre-Yves Moreau - régleur/numéro un
Yvan Ravussin - barreur/régleur
Xavier Revil - barreur
Erwan Tabarly - barreur