Justine Mettraux
   
Justine Mettraux

Nationalité : Suissesse
Age : 30 ans
Vit à : Lorient
Profession : Navigatrice

 

 

prend le départ de la Solitaire 2017

Mise à jour : 24 juin 2017
 
   
 

PALMARÈS :

2017 :
- 16ème de la Solo Concarneau (1ère femme)
- 22ème de la Solo Maître Coq (1ère femme)
- 7ème de la Solitaire (1ère femme)

2016 :
- 4ème de la Solo Normandie (1er bizuth, 1ère femme)
- 8ème de la Solo Maitre Coq (2ème bizuth, 1ère femme)
- 11ème de la Solo Concarneau (2ème bizuth, 1ère femme)

2015 :
- 6ème de la Volvo Ocean Race avec le Team SCA (vainqueur de l’étape Lisbonne-Lorient)
- Vainqueur de la Mini Mare Nostrum avec Simon Koster

2014 :
Préparation Volvo Ocean Race

2013 :
- Championne de France Mini Série
- 2ème de la Mini-Transat
- 5ème de la Transgascogne Solo
- 8ème de la Mini-Fasnet
- 3ème du Trophée Marie-Agnès Péron
- Vainqueur de la Pornichet Select
- 5èmeà la Demi-Clé avec Isabelle Joschke

2012 :
- 6ème de Les Sables–Les Açores–Les Sables (vainqueur première étape)
- Vainqueur de la Mini-Fastnet avec Etienne David
- 2ème de la UK Fastnet avec Milan Kolacek
- Vainqueur de la Trinité-Plymouth avec Milan Kolacek
- Vainqueur à la Demi-Clé avec Etienne David
- 2ème de la Mini-Transat (meilleure performance féminine de l’histoire de la course

2010 :
Victoire Bol d’Or Lac Léman 2010 sur le D35 Ladycat

Portrait :

Justine Mettraux poursuit son chemin du côté de Lorient, son port d’attache. Au sein du Pôle Lorient grand large. C’est là-bas, au quotidien, qu’elle s’entraîne sur et hors de l’eau en compagnie de l’exigeant entraîneur Tanguy Leglatin. L’ancienne base militaire de sous-marins de l’armée française a été transformée en haut lieu de la course au large. Des grands multicoques aux Mini, en passant par les Classe 40, les Imoca ou les Classe Figaro, la cité portuaire bretonne est un vivier vivifiant.

Cet hiver, entre deux sorties en mer, les adhérents du Pôle ont largement scruté les évolutions des marins engagés sur le Vendée Globe. «Des séances d’analyse sur la course étaient organisées, dit Justine. C’était assez passionnant à suivre.» Stratégie, météorologie, études des performances des nouveaux bateaux dotés de foils: les sujets d’études étaient nombreux. Et sans surprise, le navigateur qui a obtenu le plus de suffrages auprès de ses pairs est le vainqueur. «Je me sens plus proche d’Armel Le Cléac’ch que d’Alex Thomson, affirme Justine Mettraux. Après ses deux deuxièmes places, sa victoire était vraiment méritée. Il a une approche méthodique et pragmatique de la course qui me correspond assez bien.» La Genevoise a forcément eu un œil sur la performance d’Alan Roura, qu’elle a connu en 2013 sur le circuit Mini et qui a choisi de brûler les étapes. «Il a fait une super course.»


 
Site Internet