Adrien Hardy
   
Adrien Hardy

Nationalité : Francaise
Lieu de résidence : Lorient
Date de naissance : 13 juillet 1984
Situation de famille : en couple, 2 enfants
Profession : skipper

 

prend le départ de la Solitaire 2017

Mise à jour : 24 juin 2017
 
   
 

PALMARÈS :

2017 :
- 4ème de la Solo Concarneau
- 9ème de la Solo Maître Coq
- 2ème de la Solitaire

2016 :
- 3ème de la transat AG2R avec Vincent Biarnès
- 7ème de la transat Québec - Saint-Malo 2016 avec Phil Sharp et Milan Kovacek

2015 :
- 14ème Solo Basse Normandie
- 19ème de la Solitaire du Figaro et 1er de la 4ème étape
- 4ème de la transat Jacques Vabre avec Thomas Ruyant

2014 :
- 10ème de la solo Maître Coq
- 2ème de la Solo Concarneau
-7ème de la Solitaire du Figaro

2013 :
- 6ème de la transat Bretagne - Martinique
- 13ème de la Solitaire
- Vainqueur de la Generali Solo

2012 :
- 2ème de la Solidaire du Chocolat 2012
- 4ème de la Solo Concarneau
- 8ème de la Transmanche
- 17ème de la Solitaire du Figaro – Eric Bompard cachemire
- 3ème de la course Le Havre Allmer Cup

2011 :
- 12ème de la Generali Solo Med
- 14ème de la Solitaire du Figaro
- 3ème de l'étape 3 de la Solitaire du Figaro
- Vainqueur de la solo Concarneau
- 7ème de la Quiberon Solo
- 9ème du Championnat de France de course au large

2010 :
- 16ème de la transat en double AG2R avec Stanislas Maslard
- 15ème de la Quiberon Solo
- Vainqueur de la 3ème étape de la Solitaire du Figaro
- 3ème de la Solo Les Sables

2009 :
- 36ème de la Solitaire du Figaro
- 18ème du Tour de Bretagne avec D.Hardy
- 10ème de la Transat BPE
- 10ème de la Quiberon Solo
- 6ème de la Transmanche
- Vainqueur de la Solidaire du Chocolat en 40 pieds
- 9ème du Championnat de France de Course au Large en Solitaire

2008 :
- 24ème et 2ème bizuth de la Solitaire du Figaro
- 20ème de la Cap Istanbul
- 17ème et 1er Bizuth de la Course des Falaises
- 10ème de la Soloportsdefrance.com
- 11ème de la Transmanche

2007 :
- 6ème de la Transat 6.50 après avoir démâté et remâté seul au beau milieu de l'Atlantique

2006 :
- Vainqueur des Sables / Les Acores / Les Sables
- 5ème de l'Open Demi Clé
- 2ème de la Mini Fasnet
- 5ème de la Pornichet Select

2005 :
- 5ème de la Transat 6.50

2004 :
- 2ème de l'Open Demi Clé
- 6ème de la Select 6.50
- 9ème de la Fasnet Race

2003 :
- 3ème du Championnat d'Europe de Match Racing

2002 :
- Vainqueur du Championnat de France de J22

2000
- Vainqueur du Championnat d'Europe de 420
- Vainqueur du Championnat de France de 420

Portrait :

« Adrien est bourré de talent… » le compliment est signé d’Yves Le Blevec, grand nom de la course au large, détenteur avec Bruno Peyron du Trophée Jules Verne et vainqueur de la dernière Mini-Transat. A l’époque, en septembre 2007, les deux marins, Adrien et Yves étaient alors concurrents. On a connu jugement plus sévère de la part d’un adversaire… Remarquez, Yves avait eu du flair. Un mois après avoir tenu ces propos, Adrien, au beau milieu de l’Atlantique, réalisait un tour de force mémorable : remâter seul un poteau de 12 mètres…

Au-delà du profond respect qu’il avait suscité chez ses pairs, le magazine de référence Voiles&Voiliers commentait : « Déjà salué comme un redoutable régatier, Adrien Hardy, un des benjamins de la Mini 2007 a gagné ses galons de grand marin. En réussissant à remâter son bateau seul au milieu de l’Atlantique, pour terminer à la 6e place. Le mât debout et la tête haute. »

Avant d’en arriver là, le jeune nantais de 24 ans avait fait ses armes à bord de l’inévitable caisse-à-savon : « Dès l’âge de 7 ans, j’ai débuté en Optimist. Il y avait une trentaine de kilomètres entre la maison et l’école de voile, et tous les mercredis après-midis ma mère m’y emmenait. J’ai eu la chance d’avoir des parents qui m’ont beaucoup aidé et qui m’ont toujours laissé tracer mon chemin ».
La volonté chevillée au corps, et après une succession de bons résultats, Adrien quitte à quinze ans l’Optimist pour le 420. Dans cette série, et décidément taillé pour l’exercice, Adrien brille, son palmarès parlant pour lui : vainqueur du Championnat de France et d’Europe 420 la même année… Il poursuit sa progression dans la course au large en embarquant à bord d’un Mumm 30 pour le Tour de France à la Voile tout en débutant en parallèle des courses de Match-Racing.

Poursuivant sa progression avec diligence, Adrien pose son sac à bord d’un Mini 6.50 en 2004. Durant quatre saisons, il s’est bâtit un palmarès et s’est fait un nom dans cette série qui a formé tous les grands noms de la voile. Et puis, en 2007, il y a cette fameuse Transat ! Annoncé comme grand favori de l’épreuve et alors qu’il talonne en seconde position celui qui sera le vainqueur Yves Le Blevec, Adrien démâte…et remâte ! Tandis que les premiers marins arrivés livrent leurs impressions à Bahia, personne ne connait encore la nouvelle puisque les bateaux n’ont pas de possibilité de communiquer à terre. Le récit épique d’Adrien laissera ses adversaires pantois et admiratifs.

© J.Vapillon

 

Fin 2007, il décide de pousser plus loin l’apprentissage et de marcher sur les traces de ses prédécesseurs, à l’image de Frédéric Duthil et Corentin Douguet, eux aussi passés par le Mini 6.50 avant de briller en Figaro Bénéteau.

La décision de laisser derrière lui ces montures qui passent pour de véritables laboratoires flottants n’est pas sans lui laisser des regrets, bien vite masqués par les perspectives qui s’ouvrent à lui : « Je reconnais avoir eu du mal à laisser le Mini parce que c’est un bateau tellement complexe qu’on peut y passer des années. Les sensations à bord sont incroyables. Celles rencontrées en Figaro Bénéteau ne sont peut-être pas aussi fortes, mais tout cela est largement compensé par le plaisir de se retrouver dans des régates au contact. J’ai un peu l’impression de revenir à mes années dériveur en allant plus dans le détail. Le fait de devoir aller chercher la différence dans les petites choses me plait bien. Je sais que j’ai à apprendre ! ».

Adrien, bricoleur incessant, toujours à la recherche de nouvelles innovations technologiques, est dans une quête perpétuelle d’idées iconoclastes pour améliorer les performances de son bateau : « C’est ça qui me plait beaucoup dans la course au large : cette possibilité de réfléchir à changer des détails, à transformer des micro-éléments pour gagner quelques précieux dixièmes de nœuds… »

Fort de son titre de premier bizuth du Championnat de France de Course au Large en Solitaire l’an dernier, Adrien débute sa seconde année en Figaro avec plein d’espoir et une véritable détermination. La reconduction du partenariat avec AGIR Recouvrement et le soutien sans faille qu’apporte à la fois son président Stéphane PAYE et l’ensemble des collaborateurs du groupe permet d’envisager une saison pleine de promesses…

Site Internet