Halvard Mabire et Miranda Merron
   
Halvard Mabire
Lieu de résidence : Barneville Carteret (50)
Lieu de naissance : Paris
Date de naissance : 18 novembre 1956
Nationalité : Française
marié à Miranda Merron sa coéquipière
Profession : Project Manager, construction de Mari Cha IV

prend le départ de la Transat Jacques Vabre 2017 avec Miranda Merron

 

Mise à jour : 18 octobre 2017
 
   
 

PALMARÈS :

2017 :
- 5ème du Normandy Chanel Race avec sa femme Miranda Merron
- 3ème de la Rolex Fasnet Race avec sa femme Miranda Merron
-
xème de la Transat Jacques Vabre 2017 avec Miranda Merron

2014 :
- 6ème du Normandy Chanel Race en class 40 avec sa femme Miranda Merron
- 16ème de la Route du Rhum class40

2013 :
- 3ème du Normandy Chanel Race en class 40 avec sa femme Miranda Merron
- 3ème du record SNSM en class 40 avec sa femme Miranda Merron
- 9ème de la transat Jacques Vabre avec Miranda Merron

2012 :
- 1er de la transat Québec - Saint-Malo avec sa femme Miranda Merron

2010 :
- 2ème dans la Normandy Channel Race
- 8ème au Mondial en 2010

2008 :
1er Transat Québec - Saint-Malo en Class 40

* 7 participations à la Solitaire du figaro

* 2 participations à la Route du Rhum

* 3 participations à The Artemis Transat

Portrait :

Marin au CV prestigieux, manager de talent, il évolue dans le milieu de la course au large depuis de nombreuses années et en a exercé tous les métiers : skipper, chef de projets, architecte... Navigateur en mer, Halvard est également un excellent pilote à terre, puisqu'il a bouclé deux Paris-Dakar, fameux rallye automobile, en 1988 et 1989.

 
C’est un regard, une silhouette, une voix.... en bref, un personnage, de ceux que l’on n’oublie pas, avec son franc parler, sa truculence aussi. Halvard Mabire, un nom qui a tra- versé quatre décennies de course au Large sans prendre une ride, et qui cristallise aujourd’hui encore tous les épithètes les plus communément attribués à l’homme de mer, cou- rageux, dur au mal, entreprenant, inventif... Jean-François Fortin, Directeur général des Maîtres Laitiers du Cotentin, enrichit volon- tiers cette liste non exhaustive des mots « simplicité » et « modestie ». Halvard louvoie à travers les époques, de transats en tour du monde, sur les supports à la voile les plus performants, à une deux ou trois coques. Son expérience et son savoir faire l’ont souvent rendu indispensable aux marins média- tiquement plus huppés. Halvard n’en fait guère étalage et préfère se laisser guider par son instinct et sa passion. Car à 56 (hélas...) ans révolus, l’homme a toujours faim, faim d’espace, faim d’hori- zons inaccessibles au commun des mortels, faim de cet indicible plaisir de belles navigations bien maîtri- sées. Homme de mer, homme de terrain, homme d’action, Mabire est un orfèvre en sa matière, la mise au point de belles machines à bien vivre la mer. Amoureux du geste clair, de la finition soignée et du travail bien réalisé, Halvard est à l’image de ces Vikings dont il tient son patronyme, un marin proche de la Terre, et de ces valeurs éternelles de simplicité et d’efficacité. Les Nordsmen, des marins devenus paysans. Halvard Mabire, ou le bon sens terrien appliqué à la navigation hauturière !

Une simple visite d’un bateau construit ou préparé par Halvard vaut mieux qu’une longue diatribe. Propreté et soin du détail racontent l’amour du bonhomme pour la technique au service du marin. Halvard aime par dessus tout bien vivre la mer. Cela passe par la maîtrise absolue de l’outil, à défaut des indomptables éléments. A l’heure

où les navigateurs se lovent dans le moule des athlètes de haut niveau, Mabire demeure imper- méable aux clichés et aux artifices. En mer et barre en pogne, il n’a guère d’égal en terme d’endurance et de précision sur la vague.

La compétition est le prolongement évident de son amour des bateaux. Dans la vie comme sur l’eau, Mabire ne se retourne guère que pour admirer ou corriger la fluidité de son sillon liquide. Comme un paysan contemple son champ après les labours, c’est dégagé de tout obstacle et vierge d’adversaire que Mabire apprécie son horizon marin. A l’issue d’une saison 2012 dominée par une nouvelle victoire dans la transat Québec-Saint-Malo et deux podiums, Halvard et sa compagne-co-skipper Miranda Merron, poursuivent une collaboration initiée avec Campagne de France sur des valeurs simples, confiance et respect mutuels. Un « tope la » franc comme un coup de noroît, massif comme un soc.

« Halvard Mabire a vu suffisamment d’eau passer sous ses étraves pour que l’on puisse affirmer sans crainte de se tromper que les jeunes ont encore des croûtes à bouffer avant de pouvoir lui faire la barbe. »

Sa femme Miranda Merron
 

Palmarès :

2017 :
- 5ème du Normandy Chanel Race avec son mari Halvard Mabire
-
3ème de la Rolex Fasnet Race avec son mari Halvard Mabire
-
xème de la Transat Jacques Vabre 2017 avec son mari Halvard Mabire

2014 :
- 6ème du Normandy Chanel Race en class 40 avec son mari Halvard Mabire
-
6ème de la Route du Rhum en class 40

2013 :
9ème de la Transat Jacques Vabre (en Class40)
3ème de la Normandy Channel Race
3ème des Les Sables - Horta - Les Sables

2012 :
3ème de l’Atlantic Cup
2nde de la Normandy Channel Race
Vainqueur de la Québec - Saint Malo

2010 :
7ème de la Solidaire du Chocolat

2009 :
1ère du Mondial Class40

2002 :
8ème de la Route du Rhum (en Class40)

+ Participation à 3 Transat Jacques Vabre

Portrait :

Dans toute histoire Normande, il y a forcément un anglais. En l'occurrence, et dans le triumvirat Campagne de France, Halvard Mabire, c'est une anglaise bon teint qui parfait l'édifice. Bon teint, car fidèle à l'universalité des sujets de sa majesté, Miranda Merron est à la fois navigatrice, et citoyenne du monde. Avant d'embrasser avec succès une carrière de navigatrice au long cours, cette native de Southampton a d'abord fréquenté les bancs de Cambridge, avant d'évoluer à Londres, Tokyo, Paris et Sydney dans la frénésie de l'univers impitoyable de la pub et de la com'. Mais à l'aube des années 2000, dans le sillage d'Elen McArthur, les régatiers Britanniques s'éveillent à la course au large. Miranda délaisse les trains de la routine et s'accroche aux wagons de l'aventure et des lendemains salés d'incertitude. Elle est de tous les grands projets marquants de la décennie Outre Manche, à commencer par la saga du maxi catamaran Royal Sun Alliance lancé dans l'épopée du Trophée Jules verne. Et elle enchaine, Transat Jacques Vabre, Route du Rhum, Volvo ocean race, Transat Québec Saint Malo, Solidaire du chocolat… Miranda est l'archétype de l'équipière indispensable. Son énergie, sa réactivité, sa virtuosité d'analyse tant sur le pont qu'à la table à carte lui gagnent le respect de tous, à commencer par Halvard qui sait depuis six pleines saisons qu'il a trouvé marin à son image et à sa perception des choses de la mer.

 
Site internet